Rue des Etrangers

Rue des Etrangers

L’ Occident
1977
Paris

Dans l’esprit de mêler l’art à l’action, qui était l’activité principale de Thierry Agullo, la série initialement nommée Jack l’Inventeur est le seul témoin de la performance que l’agitateur culturel de la contre-culture des années 80 a menée dans la base sous-marine et dans les rues du port, sous mon regard photographique, en novembre 1977, dans un Bordeaux de film noir…

La complicité entre les deux artistes (Thierry Agullo, Anne Garde), révèle la violence traversée par cet « Orphée moderne et sombre » qui entraîne le visiteur dans son vertige, tel un Stalker berlinois des seventies
Entre expressionnisme allemand à la Fritz Lang et casse-cou de la nouvelle vague, Jack l’Inventeur est un personnage prémonitoire puisque son double vivant, Thierry Agullo, disparaîtra dans un accident de la route quelques mois après cette performance.
L’éclat noir des grandes photographies argentiques tout le long de cette voie au nom unique, Rue des Étrangers (qui a donné le nom à la série) questionne toujours l’origine de la rue, mais aussi la ville d’aujourd’hui, à travers ses ombres, ses mutations, son identité et son avenir.

 *Exposition de grands tirages affichée dans la rue des Etrangers à Bordeaux en 2011

 

Retour